Accueil » AQGP » Les fourmis et l’homme congrès AQGP 2016

Les fourmis et l’homme congrès AQGP 2016

Intervention durant le congrès de l'AQGP , cette conférence interactive est présentée par Dominic Ouellette, technicien entomologiste à l’insectarium de Montréal.

La conférence est supportée par plusieurs vidéos, spécimens en collection, colonies vivantes, fossiles et spécimens dans l’alcool en circulation. Le sujet semble réduit à sa plus simple expression: C’est quoi une fourmi ? à travers ces trois points:

  1. L’évolution physique et comportementale,
  2. La gestion problématique et les solutions pour lutter contre les espèces envahissantes,
  3. L’importance des fourmis pour l’homme et les écosystèmes...

on peut aussi l exprimer ainsi

Le comportement et de l'évolution de la génétique de la fourmi.

Entomologiste du Québec

Dominic Ouellette est le créateur et responsable de la collection scientifique de fourmis du «Ant Lab» du Dr. Abouheif à l'Université McGill. Il a aussi écrit des articles et participé, en 2016, à un documentaire à Télé - Québec intitulé « Le monde merveilleux des fourmis vu par un passionné »

Mais tout d'abord, c'est quoi une fourmi ?

Il arrive , selon l'espèce que même un exterminateur ne reconnaisse pas une espèce de fourmi parmi d’autres et même parmi les insectes tels que les araignées, les termites, les acariens, les punaises.... On peut souvent les confondre d'où l’intérêt de bien connaître la morphologie de la fourmi.

Description morphologique d'une fourmi

Le pétiole est l'abdomen. Il est typique chez les fourmis. C’est le pédoncule très étroit, aplati ou nodiforme qui relie l’abdomen au thorax (il est aussi présent chez d'autres hyménoptères tels que abeilles, guêpes…). Le pétiole peut être parfois accompagné d'un autre segment formant le post-pétiole.

Les mandibules servent à la prédation et à ramollir les corps des insectes servant de nourriture. Les sécrétions mandibulaires contiennent du citronellol qui joue un rôle défensif et un déclencheur d'alarme pour la colonie.

Les antennes sont le prolongement du cerveau. Elles servent à communiquer entre elles.Description morphologique d'une fourmi

le présent blogue se penche sur les problèmes particulier des:

tandis que Mr Ouellette nous a déjà présenté les fourmis vivant au Québec, nous avons aussi traité de 10 choses extraordinaires sur les fourmis

Evolution de fourmis

Des fourmis licornes fossilisés ont été découvertes vivant au temps des dinosaures. Cette fourmi préhistorique avec une excroissance sur le dessus de la tête, avait de larges mâchoires pour dévorer ses proies (Petits coléoptères ou larves de papillons).

Les études d'ADN ont montré que les gènes modifient non seulement le physique d'un organisme mais également le comportement social. L’ADN et les chromosomes des fourmis ont donc évolué dans le temps.

Les fourmis se sont adaptées à leur environnement. Aujourd'hui, il existe environ 12 000 espèces de fourmis dans le monde. Mais combien de fourmis au total ? On compte des milliards de milliards de fourmis. Certaines colonies sont énormes dans les zones tropicales.

L'union fait la force

Les fourmis ont un comportement social très intéressant.

Par exemple, les fourmis du genre Leptogenys s'accrochent les unes aux autres pour monter dans les arbres. Au lieu de tirer la proie, les fourmis s'accrochent ensemble pour tirer la proie, sous forme de chaine. Elles ont aussi une stratégie très forte de recrutement, de solidarité et d'entraide. Ce comportement est complètement différent de tous ceux observés chez les autres espèces.

D'autres particularités chez les fourmis

Les fourmis sont utilisées dans le domaine médical pour leur vertu thérapeutique. C’est notamment, le venin des fourmis qui pourraient servir à mettre au point des médicaments. Mais aussi d'autres insectes venimeux tels que des araignées ou des abeilles sont également étudiés pour leur venin et toxines dans le cadre d'un projet européen nommé Venomics.

Les fourmis sont aussi consommées au Japon.

D’après certains scientifiques chinois, consommer régulièrement cette espèce de fourmi serait un gage de bonne santé : Polyrhachis vicina roger. Cet insecte comestible permettrait de lutter avec efficacité contre les rhumatismes et les troubles du système immunitaire.

Vous pouvez même trouver un panel de poudres et aliments à base de fourmis comestibles. Mais attention, méfiez-vous de ces ventes sur internet, car la composition et la provenance ne sont pas certaines et fiables.

Dans certaines tribus d'Amazonie, il existe un rite d’initiation qui consiste à se faire piquer par des « fourmis balle de fusil » ou plus scientifiquement, Paraponera clavata, La douleur est intense, à voir une vidéo impressionnante sur la piqûre de fourmis.

Certaines personnes doivent même être transportées d'urgence à l’hôpital, car la douleur est trop forte et à cause des réactions allergiques.

Comment lutter contre les fourmis ?

Pour revenir vers le métier d'expert antiparasitaire, il existe diverses solutions telles que le déplacement de fourmilière ou l’utilisation de produits chimiques pour lutter contre l'invasion de fourmis. Mais le seul remède écologique efficace est la biodiversité.

Aider Mr Ouellette dans les études des espèces

Technicien entomologiste à l’insectarium de Montréal. Mr Ouellette échange avec les spécialistes de la gestion parasitaire et les universités du monde entier ou les particuliers pour étudier les espèces de fourmis. Les spécimens sont analysés, pris en photos au microscope avec focus pour voir les moindres détails.

Si vous trouvez une espèce de fourmis rare ou que vous ne connaissez pas, mettez-la dans une bouteille en indiquant la date et l'endroit où vous l'avez trouvé. Envoyez-la ou la déposez à mon université. Cela m’aidera à faire une carte de géolocalisation des espèces de fourmis présentes au Québec. Votre nom sera mentionné lors de l’identification dans un article scientifique, (cela peut apporter une plus-value aux exterminateurs de Montréal).

Voir les autres conférences de l' AQGP 2016