Accueil » Insectes » L’entomophagie, manger des insectes c’est l’avenir

L’entomophagie, manger des insectes c’est l’avenir

On en parle régulièrement dans les journaux et sur internet parce que cela suscite toujours des réactions marquées et une curiosité certaine.

De la grimace, au dégoût en passant par un vrai intérêt, la moindre évocation de la consommation d'insecte par l'homme est très évocatrice.
Il est certain que l'exterminateur n'est pas prêt à se transformer en chasseur/éleveur de blattes ou de fourmis pour en faire des amuse-bouche apéritifs, mais il est légitime de connaitre ce fait: les insectes sont aussi une source de protéine et ils entrent dans de nombreuses recettes.

Bien que cet article soit publié un premier avril... ce n'est nullement une farce !

étalage d'insecte en Thaïlande
étal d'insectes sur un marché Thaïlandais

De l'Amérique Latine au Sud-Est Asiatique en passant par l'Afrique

Les insectes sont consommés partout dans le monde, sauf en "occident" où en fait cette consommation a été abandonnée avec l'industrialisation des sociétés.

Les arguments en faveur de la consommation d'insectes ne manquent pourtant pas, selon cet article 5 raisons de manger des insectes, voici 9 points qui militent en faveur des insectes au repas.

1. Riches en protéines
2. Nourrir 9 milliards d’individus d’ici 2050
3. Un élevage avec un faible impact environnemental
4. Une source sure de nourriture
5. Un taux de conversion inégalé
6. Une alternative aux productions animales intensives
7. Participe au maintien de la biodiversité
8. Une variété de goûts et de formes
9. Une pratique ancestrale

Manger dees insectes
Images : radio canada.com

Quels sont ces insectes que l'on aime en cuisine

Les chapulines

Des criquets dont les Mexicains raffolent. Mangés frits, souvent avec du piment, du jus de citron et de l'ail, ils auraient un goût un peu spécial, dû au mélange amer, épicé et salé. On ne les collecte qu'à certaines périodes de l'année, notamment du printemps au début de l'automne. Il paraît qu'ils accompagnent très bien la bière.

Attention à bien les cuire, il paraît que si ce n'est pas le cas, des nématodes (vers) peuvent infester le corps humain. Appétissant.

La larve du ténébrion meunier

Cette image vous dit sûrement quelque chose, et pour cause, ces vers sont souvent utilisés dans des émissions de téléréalité, afin de faire souffrir un peu quelques candidats malheureux.

Le ténébrion meunier est un coléoptère, mais on le mange sous sa forme larvaire. Leur apparence peu ragoutante et leur consistance juteuse cacheraient une saveur sucrée rappelant celle de la noisette. Mais pour ça, il faut les mangers vivants. Pour les moins téméraires, ces larves peuvent remplacer les lardons lorsqu'on les fait frire.

Le ver mopane

Bouillis puis séchés au soleil, parfois pendant plusieurs mois, ces vers sont une source nutritionnelle de taille: fer, potassium, sodium, calcium... Le ver mopane se trouve dans le sud de l'Afrique. Avant de le faire bouillir, il faut pincer le bout de la queue afin de vider l'insecte de ses intestins et autres matières visqueuses. Il faut également leur enlever la tête. À part ça, ils devraient rehausser la saveur de vos sauces.

Les pentatomoidea

C'est une famille de punaise. En anglais, on l'appelle "stink bug" (insecte qui pue), et ce n'est pas pour rien. Les glandes situées dans leur thorax, en cas de danger, produisent un liquide nauséabond. Ça ne donne pas envie? Grillés ou trempés dans de l'eau puis séchés au soleil, ces insectes sont une source importante de nutriments: fer, potassium, phosphore.

Les termites

Pas la peine de présenter les termites, on a tous connu des constructions en bois rongées par ces insectes. On vous sert la solution sur un plateau: mangez-les. Faites-les frire et elles deviendront une excellente source de protéine.

Le charançon rouge des palmiers

Ce coléoptère, le charançon rouge se propage sur les palmiers. À côté de ça, il est considéré comme un met délicat en Asie. Cru, il serait crémeux. Cuit, il ressemblerait à du bacon.

Les vers blancs (d'Australie)

Le nom de ce vers nous vient tout droit d'Australie. Chez les aborigènes, il était un aliment de base. Leur goût varierait selon leurs habitudes culinaires (ces larves mangent du bois). Certains disent qu'elles ont un goût d'amande, d'autres de poulet ou d’œuf. Il ne nous reste plus qu'à nous faire notre propre avis.

Comment les cuisiner

Les insectes comestibles faciles à trouver au Québec sont :

  • Le ver de farine (larve de ténébrion),
  • le grillon,
  • les sauterelles et criquets,
  • les larves de guêpes et d'abeilles (les adultes ne sont pas comestibles),
  • certaines espèces de fourmis,
  • les termites et
  • certaines chenilles.

Contrôlez méthodiquement l'élevage et respectez les règles d'hygiène qui assurent la qualité du produit (voir élevage).

Pour tuer et conserver des grillons, il suffit de les congeler pendant 48 heures. Au moment de les apprêter, triez et rincez à l'eau courante les insectes à peine décongelés. Toutes ces précautions étant respectées, laissez-vous tenter !

Ragoût de sauterelles - -

Dans un ragoût, remplacez la viande par des sauterelles ou des grillons. De même vous pouvez rajouter en cours de cuisson dans une ratatouille familiale des grillons ou des sauterelles. Les insectes étant petits et vite cuits, il est préférable de les ajouter en cours de cuisson.

Suprême de larves

Faire fondre dans une casserole ou une poêle à feu doux dans quelques gouttes d'huile des larves en les écrasant doucement jusqu'à obtenir une consistance de purée. Salez et ajoutez une noix de beurre. Si la consistance est trop liquide, laissez cuire à feu doux en tournant doucement jusqu'à obtenir une consistance de purée. Servir chaud en accompagnement d'un plat principal (se marie très bien avec des poissons délicats et fins comme la raie, le merlu, l'espadon) ou frais, en apéritif, tartiné sur des canapés ou des biscottes, comme on servirait du caviar.

etc.

Sources et info complémentaires

in felis ante. risus at ipsum elementum