Accueil » Insectes » Punaise de lit » Une punaise de lit tropicale

Une punaise de lit tropicale

Le retour d’une “vieille” cimex lectarius en Floride

Les punaises de lit tropicales apparaissent de nouveau en Floride après une absence de 70 ans.

Deux espèces de punaises de lit resurgissent dans le monde depuis ces deux dernières décennies:

  • les punaises tropicales  (Cimex hemipterus)
  • les punaises de lit commune (Cimex lectularius)

Les deux espèces se nourrissent principalement du sang de l’homme et se comportent de façons similaires; Elles se cachent toutes les deux dans les fissures et les plis de types “crevasse”;

punaise de lit tropicale

Et ils ont tous les deux le même cycle de vie

  • à commencer par les œufs,
  • se développant en cinq stades différents
  • finalement la mue à un adulte.

Santé publique

Ces deux espèces sont également importantes du point de vue de la santé publique parce que leurs morsures causent des boutons et des plaques rouges qui démangent, des réactions éruptives et les victimes de ces morsures souffrent souvent de détresse psychologique.

Cette détresse entraîne perte de sommeil, anxiété et même  des dépressions. Bien que les punaises des lits tropicales et l’espèce communes semblent proches, ces deux espèces présentent des différences marquées.

Chacune de ces espèces domine des territoires différents dans le monde.

La punaise de lit tropicale, comme son nom l’indique, vit dans les régions chaudes situées entre les tropiques et s’impose dans les régions d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud.

La punaise commune prédomine dans les climats plus tempérés. Nous la connaissons bien aux États-Unis, au Canada et au Québec. Elle et présente répandue dans les 50 états américains et le 13 provinces canadiennes.

Un récent sondage mené par la National Pest Management Association avec l’Université du Kentucky a montré que deux sur trois des professionnels de la lutte antiparasitaire aux États-Unis estiment que les infestations de punaises de lit sont toujours en augmentation.

Indépendamment de l’espèce, ces insectes nuisibles sont involontairement déplacées et transportées par les gens qui voyages ou leur animaux de compagnies.

La résurgence des punaises de lit a été attribuée

  • à la généralisation des voyages,
  • à l’augmentation de la résistance aux insecticides et
  • aux changements dans les pratiques de pesticides.

Les punaises de lit tropicales ont probablement été introduites aux États-Unis, mais leurs nombres ne sont pas encore montés en flèche comme la punaise de lit commune.

Comment différencier ces deux espèces

Une infestation de punaises de lit tropicales ressemblerait à une infestation classique de punaises de lit. On remarque les mêmes taches noires fécales noires ainsi que les exuvies là où elles se répandent.

En revanche, sous un microscope – ou avec une bonne loupe – on remarque la différence tête à queue. Le pronotum, juste derrière la tête, a une forme particulière. celle de l’espèce commune chez nous a un pronotum plus excavé, ou en forme de u.

tête punaises de lit

 

(Gauche) La punaise de lit commune avec le pronotum en forme de U,

(Droite) La punaise de lit tropicale avec un pronotum en forme de U moins prononcé.

Une absence de plus de 70 ans.

On a souvent dit que le fléau des punaises de lits tropicaux se trouvait aux États-Unis, mais nulle mention n’en fut faite depuis 1940,  aucun cas de publications, aucune documentation récente.

Après une absence de 70 ans, les chercheurs de l’Université de Floride ont analysé un échantillon de punaises de lit qui ne ressemblait pas comme celles qu’ils ont l’habitude de voir.

Après un examen minutieux, ils ont réalisé qu’ils avaient entre leurs mains des punaises de lit tropicales. Selon les propriétaires qui leurs avait confié les spécimens, personne dans la maison n’avait voyagé hors des États-Unis ou de la Floride.

Ainsi, il semble que ces insectes était établie en Floride et que les propriétaires les avaient apportés dans leur maison à leur insu.

En cas de doutes il est préférable d’envoyer des échantillons à un professionnel en gestion parasitaire qualifié ou un entomologiste.

La recherche avance

Elle est encore peu connue et peu de recherches ont été effectuées sur cette espèce . Il semble que les punaises de lit tropicales pondent moins d’œufs, mais se développent est plus rapidement que la Cimex lectularius, cela expliquerait leurs différences de distribution de part le monde.

Retenir que le développement des punaises varie avec les températures et leur exposition à différents insecticides.  On a par exemple, démontré que les punaises de lit dont le niveau de résistance aux pyréthrines est élevé, pondent moins d’œufs que leurs parents moins résistants.

Une punaise de lit tropicale.

Jusqu’à ce que davantage de recherches soient menées, les mesures de contrôle utilisées devraient être les mêmes que celles mises en place par les exterminateur, tant pour s’en prémunir que pour s’en débarrasser .

Leur biologie proche indique que nombre des outils que nous utilisons sont efficaces, y compris

  • les traitements thermiques,
  • la fumigation et
  • les produits chimiques.

Bien sûr, la résistance est toujours un problème avec les punaises de lit, de sorte que les produits et les techniques devraient être utilisés en  alternance pour en prendre le contrôle.

Alors que les punaises de lit tropicales ont été documentées en Floride, elles ont le potentiel de se propager à d’autres régions des États-Unis. Des zones subtropicales dans d’autres états du sud pourraient être envahie par cette espèce, et les maisons climatisées pourraient aider cette espèce exotique à s’étendre au-delà de sa distribution tropicale normale.

Une traduction adaptée de l’article de, Brittany Campbell, est doctorante en entomologie à l’UF / IFAS.

risus massa commodo Donec tempus suscipit