Accueil » AQGP » Le spécialiste en gestion parasitaire et diplôme AEP

Le spécialiste en gestion parasitaire et diplôme AEP

Exterminateur certifié en gestion parasitaire A Bas Prix Extermination

Vous avez dit Gestion parasitaire?

Réjean Lessard est expert en gestion parasitaire

  • Le terme exact est : Technicien en gestion parasitaire
  • La meilleure définition est sans doute:
    Personne dont la profession se concentre sur utiliser les méthodes et les stratégies de lutte contre les organismes dont la prolifération est nuisibles à la vie humaine, animale ou végétale.
  • Termes associés: Exterminateur, Expert en extermination.
  • Équivalent anglais: Pest management technician.

L’expression “un peu longue à dire” et à retenir s’est vu remplacée par exterminateur au Québec tandis qu en Europe les vocables dératiseurs et désinsectiseurs s’imposaient d’eux même.

Au quotidien, des tâches et des responsabilités

Le technicien en gestion parasitaire doit:

  • Inspecter l’intérieur et l’extérieur des immeubles afin de déceler une infestation de vermine;
  • Analyser la situation afin de décelé l’origine des infestation et lutter à sa source;
  • Vaporiser les substances nécessaire et suffisante afin de réguler la quantité de rongeurs, les insectes et autres bibites considérées nuisibles parce quelles sont en trop grand nombre;
  • Placer des pièges afin de capturer les animaux sauvages égarés ( nombreux à Montréal)

C’est aussi des contrats de veille contre les nuisibles

A bas prix extermination inspecte l’intérieur et l’extérieur d’immeubles de façon régulière toute l’année et fumige les bâtisses à titre préventifs.

la demande émane des

  • Gestionnaires de condos,
  • propriétaires de l’immeuble,
  • commerces de bouches (magasins, restaurant, traiteurs)hôtels, entrepôts,)
  • Bâtiments publiques:  écoles, hôpitaux,
  • entreprises privées (usines, bâtiments agricoles);

L’expert en gestion parasitaire montre à son client  les  signaux caractéristiques  de l’infestation;

Il sélectionne le type de traitement requis et après accord sur les coûts à engager;

Il préparer les mélanges de produits à vaporiser avec un vaporisateur afin d’éliminer la vermine ;

Des cibles de nuisibles diverses.

Des animaux égarés comme les mouffettes, ratons-laveurs, renards, ou opossum que l’on trouve fréquemment dans les ruelles et quartiers résidentiels de Montréal à la régulation  des insectes, des rongeurs ou  des oiseaux indésirables

Tous ce qui représente un excès de la présence animale en milieu urbain est la cible et la compétence d’une entreprise de gestion parasitaire .

Enfin l’expert va donner des conseils aux clients sur la façon de prévenir le retour des infestations.

Le point sur la formation en gestion parasitaire au Québec

 ( mis à jour 2019) 

Conférence par Louis Isabel et Daniel Gingras

la formation fut présentée pour la première fois au congrés AQGP 2016

elle est aujourd’hui donnée par le capdq mais au moment de la rédaction de cet article ce n ‘etait encore qu un projet.
Des travaux sur une formation initiale en gestion parasitaire se poursuivent depuis l’hiver 2015. Plusieurs étapes ont été́ franchies à ce jour; étude de pertinence, analyse de profession, projet de formation, etc.

Cette présentation montre l’avancement du dossier et des étapes qu’ils restent à franchir avant l’admission d’une première cohorte d’élèves. M. Louis Isabel est diplômé en administration scolaire et bachelier de physique-mathématiques. Il est directeur adjoint du Centre de formation professionnelle Samuel-De Champlain. M. Daniel Gingras est biologiste PhD en entomologie, entrepreneur et conférencier

Une intervention de 35 minutes environ

Formation AQGP

Louis Isabel fait le point sur cette formation en devenir

L’objectif de cette conférence est de présenter l’état des travaux dans le développement de la nouvelle formation en gestion parasitaire : l’attestation d’étude professionnelle l’AEP.

Présentation globale de la formation

Santé canada, l’association québécoise de la gestion parasitaire (AQGP) et les associations de protection de l’environnement se préoccupent de la santé publique, de l’environnement et de la biodiversité.

L’objectif de l’attestation d’étude professionnelle l’AEP est :

  • de mieux valoriser la profession en gestionnaires parasitaires
  • de recruter des professionnels formés et expérimentés
  • de collaborer à la normalisation des bonnes pratiques
  • de certifier le travail de gestionnaire parasitaire

Mr Louis Isabel rappelle qu’aujourd’hui, qu’il n’existe pas de formation reconnue. Le métier s’apprend sur le terrain avec des gens d’expérience.

La formation AEP favorisant l’accès au travail sera de 630 heures

Cette formation est conçue sur le même rigoureux modèle des DEP et TEP qui fonctionnent par compétence. Cette formation est harmonisée avec les autres programmes scolaires.

Chaque compétence est accompagnée de critères de performance. Pour obtenir le diplôme final, il faut un succès dans toutes les compétences.

Commissions Scolaires QuébecCette formation va à terme se répandre dans les 72 commissions scolaires du Québec (69 sites francophones et 3 sites anglophones couvrent tout le territoire). Les commissions scolaires seront les seules habilitées à émettre cette formation standardisée et le certificat AEP. Une école privée ne le pourra pas.

Chaque personne finissant la formation avec succès recevra une  attestation officielle et unique.

Origines du projet ?

En 2009, Samuel-De Champlain (centre de formation) a développé un « AEP en hygiène et salubrité en milieu de soins » qui permet de former des personnes qui font le ménage dans les hôpitaux. Cette formation est enseignée dans plus de 25 commissions scolaires au Québec et elle fonctionne très bien.

Dans les années 90, un programme de gestion parasitaire “fait maison” a été enseigné par M. Ronald Maheu.

Etude pertinence de faire un programme

Pour la validation, le document a été déposé au ministère de l’éducation et ministère de l’environnement.Cette formation à reçu un appui indéfectible de l’AQGP et est appuyé très fortement par Santé Canada.

Membre de l'Association Québécoise de la gestion parasitaire

 

Le Projet de formation des exterminateurs

Daniel Gingras , Entomologiste
Mr Daniel Gingras

Il fallait prendre conscience de l’impact sur l’avenir et le devenir de la profession en gestion parasitaire. Daniel Gingras s’est joint à ce projet de formation afin que ce métier soit connu, reconnu et crédible.

Il rappelle que dans les années 60-70, il n’y avait pas de formation officielle. Les gens apprenaient la profession sur le terrain.

A partir des années 90 et au début des années 2000, des guides et des livres ont été rédigés par le ministère de l’environnement et développement durable pour pouvoir bien former les professionnels sur l’application des produits pesticides.

La formation officielle agrée dure 630 heures. Ces sessions touchent divers aspects du métier gestion parasitaire.

Programme détaillé

Présentations des compétences générales

  • Histoire de l’industrie
  • Qualités requises
  • Qualification
  • Aptitudes
  • Relation avec la clientèle
  • Les lieux d’intervention possibles
  • Les risques sur la santé et l’environnement

Adopter des comportements pro-conformes à l’éthique du métier

Adopter des comportements conformes à l’éthique du métier

  • Intégrité
  • Honnêteté
  • Respect du client, les bonnes manières
  • Bonnes pratiques
  • Respect des normes et du règlement

Compétence sécuritaire : préserver la santé, la faune et la flore

…lors des interventions

  • Entreposage du matériel
  • Loi et réglementation
  • Transport des produits
  • Préparation et utilisation des pesticides
  • Normes du travail

Prévenir les intoxications et contamination et infections

Interagir en milieu de travail –

Techniques de communication et principes de base

  • Le professionnel est constamment en relation avec la clientèle. Il doit donc poser des questions, conseiller, s’intéresser aux personnes…
  • Relation aussi avec les supérieurs et les autorités
  • Relation avec collègues de travail
  • Transmettre les données verbalement ou par écrit avant, pendant et après une intervention

Reconnaître les espèces :

  • arthropodes,
  • insectes,
  • animaux,
  • rongeurs,
  • espèces protégées…

Lieu d’intervention en gestion parasitaire

Le professionnel doit s’adapter au lieu d’intervention. Il peut être appelé à intervenir chez un particulier mais aussi dans des hôpitaux, des écoles, des haltes garderies, des trains, des bateaux… Il faut adapter le plan de travail et les protocoles selon le lieu d’intervention.

Se poser les questions : c’est quoi l’histoire du bâtiment ? Pourquoi il y a une invasion ?

Déterminer la nature et les causes du problème parasitaire

  • Connaissance des stratégies de lutte intégrée contre les nuisibles
  • Lutte physique, mécanique, thermique, sanitaire
  • Application des pesticides
  • Type, origine, classe, dangerosité, utilisation…
  • Proposer des solutions de gestion parasitaire
    • Façon dont on doit agir
    • Préparation des lieux, de l’équipement, du matériel et du produit utilisé les plus pertinent
  • Assurer un suivi après intervention
  • Modifier les produits si inefficaces, trouver une autre solution
  • Entretien des équipements
  • Dispenser les premiers secours d’urgence
  • Stage intégration en milieu de travail
  • Comment cela se passe réellement sur le terrain.
  • La formation encore en réflexion pourrait être mise en place à partir de 2017 ou 2018

Voir les autres conférences de l’AQGP 2016

Laisser un commentaire